Retour à l'accueil Retour à l'accueil Retour à l'accueil
 

  • Mot d' introduction


  • Objet social


  • En pratique


  • Historique et conventions collectives de travail


  • Le comité de gestion


  • La sous-commission paritaire 319.02


  • Les autres fonds en 319.02


  • Les fonds non-marchands et l’APEF


  • Partenaires sociaux


  • Nous contacter



  •  
    Mot d'introduction   
      Imprimer cette page

    Dans le cadre des accords dits du Non Marchand, en Région wallonne et en Communauté française, les partenaires sociaux de la S.C.P. 319.02, ont eu le souci de permettre aux travailleurs dépendants de cette commission paritaire d’organiser leur fin de carrière tout en préservant le volume de l’emploi dans les institutions. C’est dans ce cadre que les différents Plans Tandem ont vu le jour et ce pour les différents sous-secteurs de la S.C.P.. Si l’accord politique entre les partenaires sociaux et le gouvernement n’a posé aucun problème, l’articulation de cet accord avec les différentes législations et la complexité de celles-ci, ont nécessité des négociations plus ou moins longues, afin de rendre compatible le mode de subventionnement avec les principes de fonctionnement du fonds social. Il a été clairement établi à travers différentes études que les métiers de la relation d’aide aux personnes sont particulièrement astreignants. Dans un moment ou de plus en plus la pression se fait de toutes parts pour maintenir les travailleurs âgés au travail, parler de l’aménagement de fin de carrière n’était-il pas nager à contre-courant ? Toutes les institutions et services de ce pays ne peuvent se passer de l’expérience de leurs travailleurs mais il n’est pas intéressant non plus, pour les services et leurs bénéficiaires, de devoir composer avec des personnes usées professionnellement. L’originalité du Plan Tandem est bien de résoudre cette équation. Maintenir le travailleur âgé au travail dans de bonnes conditions et ne pas se priver de son expérience et de son expertise. Ce qui est tout avantage à la fois pour nos bénéficiaires et pour le jeune travailleur débutant dans la profession engagé pour compenser la réduction de temps de travail de son ainé. Le Plan Tandem a vu le jour, début 2004 pour les travailleurs de l’AWIPH, fin 2004 pour les travailleurs de l’AAJ, en mars 2005 pour les travailleurs des Centres pour adultes en difficulté en Région wallonne et enfin, en février 2006 pour les Services d’aide spécialisée à la petite enfance L’évolution des demandes jusqu’en 2011 ont été pour les partenaires sociaux, l’indicateur qu’ils ne s’étaient pas trompés d’objectif, qu’ils avaient vu juste et que la réponse qu’ils ont apportée en partenariat avec les pouvoirs publics est bonne. Il faut toutefois constater que les mesures restrictives relatives aux dispositifs de fin carrière adoptées par le Gouvernement fédéral dès 2012 ont rendu le Plan Tandem moins attractif. Ce n’est pas la formule en tant que telle qui est remise en cause mais bien les conditions d’accessibilité et l’âge d’accès plus tardif au crédit-temps ou encore la diminution des périodes d’assimilation pour la pension qui freinent les candidats. Ces mesures apparaissent aux yeux des partenaires sociaux totalement contre-productives dans la mesure où l’absentéisme lié à la pénibilité du travail et à charge de la sécurité sociale s’accroîtra à nouveau. En cette période de grands débats sur l’allongement de la carrière, nous croyons que le système développé via les Plans Tandem, est, plus que jamais, une des réponses concrète et efficace, pour le peu que l’on rétablisse des conditions où chacun se retrouve gagnant.

    Toutes les institutions et services de ce pays ne peuvent se passer de l’expérience de leurs travailleurs mais il n’est pas intéressant non plus, pour les services et leurs bénéficiaires, de devoir composer avec des personnes usées professionnellement.

    L’originalité du Plan Tandem est bien de résoudre cette équation. Maintenir le travailleur âgé au travail dans de bonnes conditions et ne pas se priver de son expérience et de son expertise. Ce qui est tout avantage pour nos bénéficiaires et permet à un jeune travailleur de débuter dans la profession.

    Le Plan Tandem a vu le jour, début 2004 pour les travailleurs de l’AWIPH, fin 2004 pour les travailleurs de l’AAJ, en mars 2005 pour les travailleurs des Centres pour adultes en difficulté en Région wallonne et enfin, en février 2006 pour les Services d’aide spécialisée à la petite enfance

    L’évolution des demandes sont pour les partenaires sociaux, l’indicateur qu’ils ne se sont pas trompés d’objectif, qu’ils avaient vu juste et que la réponse qu’ils ont apportée en partenariat avec les pouvoirs publics est bonne.

    En cette période de grands débats sur les fins de carrières, nous croyons que le système développé via les Plans Tandem, peut être une alternative sérieuse et un type de réponse à ce problème de société actuel.

    Christian Masai
    Vice-Président du Fonds Old Timer



    Copyright © 2005-2018 Plan Tandem - Conception & Réalisation : asbl Inform'Action